Alors que la Coupe du Monde bat son plein en Russie et que nos Bleus sont bien partis pour décrocher une deuxième étoile à leur palmarès, les plus âgés d’entre nous ont découvert ce sport et y ont pris un certain goût grâce à Captain Tsubasa, un manga japonais crée et publié pour la première fois en terre nipponne en 1981 dans le célèbre Weekly Shōnen Jump par le célèbrissime Yōichi Takahashi. De cette oeuvre on y découvrira l’histoire du petit Tsubasa Ohzora (Olivier Atton) et de sa passion pour le football. De la catégorie des plus jeunes jusqu’au haut niveau professionnel, on l’accompagnera pendant des années à la télévision dès sa première diffusion sur La Cinq en 1988 et de manière plus générale en 1991 grâce au Club Dorothée sur TF1.

Alors pourquoi parler une fois de plus de ce sport, alors que certains sont en passe de frôler l’overdose footballistique dû à la diffusion permanente des compétitions nationales et internationales à la télévision? Parce que ce manga raconte avant tout une histoire et arrive à diffuser une vision plus humaine, loin des stéréotypes et clichés que tout le monde aime s’inventer. Tout cela à travers les yeux de gamins, pleins de rêves, d’espoir, mêlant joies, déceptions et parcours diamétralement opposés entre les différents personnages de l’oeuvre. Outre l’esprit sportif, le manga véhicule les valeurs fondamentales que sont le respect, l’amitié et le dépassement de soi. Chacun des personnages dans l’oeuvre interprètera ces valeurs en fonction de leur caractères et milieux de vies.

Synopsis Footballis

Tout commence par un défi lancé par le jeune Tsubasa Ohzora à Genzo Wakabayashi. Persuadé d’être le meilleur gardien de sa génération et qu’aucun joueur ne pouvait rivaliser avec lui, le talentueux Genzo, verra sa théorie brisée le jour de sa rencontre avec Tsubasa. C’est à partir de là qu’une amitié profonde va se tisser entre les deux personnages et qu’ils se firent la promesse de remporter un jour la Coupe du Monde avec le Japon. Mais avant d’en arriver là, un long chemin restera à parcourir avec des dizaines d’équipes adverses et personnages charismatiques qui se dresseront devant eux. Petit tour d’horizon des clubs nationaux et leurs superstars qui affronteront Nankatsu (la NewTeam) au cours du championnat national des collèges (équipes cadettes de la saison 2).

Nankatsu (Newteam), département de Shizuoka

L’équipe locale de Nankatsu est le résultat de la fusion de plusieurs écoles du département de Shizuoka. Elle est composée des meilleurs joueurs des écoles de Nankatsu (NewPie), Shutetsu (San Francis), Nishigaoka (Naughty Boys), Yamabuki (York Town) et Mizukoshi. On retrouvera dans cette équipe Tsubasa (Olivier Atton), Misaki (Ben Becker), Ishizaki (Bruce Harper), Taki (Ted Carter), Izawa (Paul Diamond), Kisugi (Johny Messon), Wakabayashi (Thomas Price), Morisaki (Alan Crocker), Takasugi (Bob Denver), Nakazato (David Newman), Iwami (Thimothy Vance), Nagano (Andy Ship).

Tohô FC, département de Tokyo

L’équipe rivale de Nankatsu par excellence avec un style de jeu plus direct et brutal grâce à son capitaine Kojirô Hyûga (Marc Landers), accompagné de ses fidèles Takeshi Sawada (Dani Mellow) et l’excellentissime gardien de but Ken Wakashimazū (Ed Warner). Malgré leurs difficultés sociales du quotidien, ces trois là ont pu être repéré lors de leur précédente étape au Meiwa FC (Muppets) et intégrer cette prestigieuse institution académique par la suite.

Furano (Flynet), département de Hôkkaido

Menée par leur capitaine Matsuyama (Philip Calaghan), l’équipe de Furano possède sans doute le meilleur collectif de toutes les équipes cadettes nationales. Ces joueurs ont grandi et évolué ensemble depuis leur enfance et font régulièrement face à un climat rigoureux (froid et sec) durant toute l’année, d’où leurs conditions physique exceptionnelles durant les matchs de championnat national. La spécialité de l’équipe est l’attaque « raz de marée » où l’intégralité des joueurs (sauf le gardien) déferlent vers les buts adverses pour apporter le surnombre et marquer coûte que coûte. Suicidaire, certes, mais il paraît que ça marche. Matsuyama, lui, possède le tir de l’aigle comme arme dévastatrice pour scorer. Un tir à ras de terre imparable toujours dirigé vers les angles du but.

Musashi (Mambo FC), département de Tokyo

A première vue, une équipe de jeunes comme il en existe des centaines dans le pays. Sauf que celle-ci est composée de véritables surdoués du ballon rond. Avec à leur tête, le petit prince du foot, Jun Misugi (Julian Ross). Il est sans doute aussi bon que Tsubasa et Hyuga réunis, sauf que, pour des raisons médicales (insuffisance cardiaque), il ne peut fouler les pelouses que pour une courte période de 15 minutes maximum. D’une technique hors pair et une vision de jeu digne des plus grands, Misugi est également le meilleur buteur de son équipe. Contrairement aux autres capitaines et superstars des autres équipes, il porte le numéro 14, sans doute en hommage au légendaire joueur néerlandais Johan Cruyff, lui aussi véritable génie et visionnaire du football moderne.

Hinawa (HotDog), département d’Akita

Cette équipe est véritablement eclipsée par l’aura des frères Tachibana (frères Derrick). Hormis le fait qu’ils soient jumeaux, leur principal atout et particularité est la pratique d’un football acrobatique, déroutant pour tous leurs adversaires. La technique de la catapulte ou le fait de bondir sur les poteaux des cages averses pour remiser la balle et marquer un but fait partie de leur routine quotidienne. Inutile de le cacher, nous avons tous essayé de reproduire ses actions à la maison, avec fracas et petits bobos en sus.

Captain Tsubasa et ses produits dérivés dans le monde

La licence Captain Tsubasa s’est déclinée sous toutes ses formes. Du manga à la série, en passant par les cartes à collectionner, les figurines, les maillots authentiques des clubs de la série et aujourd’hui aux jeux sur mobile, bref, tout a été pensé pour exploiter le potentiel de la série sous toutes ses formes.

Un reboot 2018 tout feu tout flamme

Diffusée sur la plateforme Anime Digital Network depuis le 2 Avril 2018 au Japon et en France, la série revit depuis peu ses plus belles heures de gloire grâce à un reboot 2018 très convaincant. Captain Tsubasa version 2018 reprend ici les grandes lignes de la série originale, sans pour autant innover. Les animations sont remises au goût du jour et les traits des personnages plus frais et colorés. On prend donc les même et on recommence avec un plaisir non dissimulé. Je me suis surpris plus d’une fois à avoir un sourire jusqu’aux oreilles en revoyant certaines scènes remasterisées que je connaissais pourtant par coeur. Les voix en japonais, tout comme la conservation des noms et prénoms originaux des personnages apportent également ce petit plus qui finiront de convaincre les fans du manga original.


Source : Captain Tsubasa Bande Annonce en VOSTFR sur ADN

C’est sans aucun doute le manga qui m’a fait aimé le football à un niveau qui était déjà à son paroxysme. Cette petite touche de magie, d’irréel qui font de ce manga/anime une oeuvre incontournable et un des piliers fondateurs du manga et de la japanimation. OK, les matchs durent une plombe à chaque fois. OK les terrains font 18 kilomètres de longueur. OK les flashbacks avant un dribble qui prend 2 secondes en temps normal dure 3 épisodes dans l’anime. Bref. Chacun se fera son avis à ce sujet, mais avouez quand même que vous avez tous essayé de refaire le tir de la feuille morte sans jamais la réussir à la cour de récré ou essayé la catapulte des frères Tachibana avec votre petit frère ou petite soeur dans le salon. Je vous vois déjà sourire … 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.