Bonjour !

De tous les moyens d’aller d’un point A à un point B, celui dont disposent les héros de Secret of Mana est probablement l’un des plus singuliers (et l’un des plus misérables) qui soit. Pensez-donc : « Rentrez vos miches dans ce canon et n’oubliez pas de bien vous réceptionner au sol ! », voilà ce qu’on pourrait entendre au départ d’un voyage au Canon Travel Service… Dans le genre qualité du service proposé, c’est très moyen.

On est loin, très loin des standards de confort des véhicules contemporains (du moins ceux qui sont climatisés et relativement récents…).  Même voyager sur un missile nord-coréen paraitrait plus confortable, car le projectile, au moins, ce n’est pas vous !

Mais regardons ça quand même de plus près, car si ça se trouve, c’est peut-être le moyen de transport du futur!

ça inspire pas trop la confiance…

I) Le principe de l’homme-canon

Ce concept d’éjecter quelqu’un d’un canon n’est pas totalement inconnu dans notre monde à nous. En effet, c’était une attraction très populaire le siècle dernier, voire même un peu avant.

Un détail important cependant : l’homme-canon n’est pas expulsé de son tube via une explosion causée par de la poudre à canon, non non non ! Le système caché derrière tout ça relève plutôt de l’illusion : c’est en fait un jet d’air comprimé qui le propulse (ou un bête ressort, pour les canons les plus primitifs), mais on fait croire que c’est une explosion de poudre pour rendre tout le bazar plus spectaculaire…

Les statistiques de ce type de canon sont finalement assez minables : avec une distance maximale de 56 mètres et une vitesse maximale de 110 km/h, les records enregistrés font moyennement rêver, on est loin de SoM où ils font de la haute voltige et atterrissent bien plus loin !

II) Les effets sur le corps d’une telle propulsion

Concrètement, nos héros y laissent des plumes ou pas ? Au premier abord, on est immédiatement tenté de dire oui, et ce indépendamment du système de propulsion utilisé. En effet, si la propulsion se fait via de la poudre à canon, l’explosion ne peut que broyer les membres inférieurs de nos héros ! Ce procédé paraît donc de facto inapplicable…

Via un gros ressort au fond du canon, alors ? C’est sans doute moins dangereux que le point précédent mais pour s’envoler sur une distance conséquente, il faudrait un canon doté d’un énorme ressort. Or les canons présents dans le jeu sont d’une taille relativement modeste, l’idée du ressort semble donc peu crédible ici.

Dans ce cas, c’est de l’air comprimé qui les envoie valser dans les airs ? Possible, mais ça reste quasi impossible de trouver un équilibre entre une force de propulsion suffisante pour éjecter un humain à plusieurs lieues à la ronde et garder dans le même temps cet humain dans un état qui ne soit pas celui d’une pizza sanguinolente !

Mario sait de quoi il s’agit…

III) Gare à la réception !

Un point encore plus difficile à analyser que le précédent… Se faire expulser d’un canon et jouer les hirondelles sans se blesser, c’est bien ; pouvoir se réceptionner au sol sans s’écraser comme un simple étron tombé des toilettes d’un Airbus à haute altitude, c’est encore mieux, non ?

Et là, j’avoue être terrassé par un sentiment de perplexité indicible…  Ils font les cabris si haut dans les airs en tournant sur eux-mêmes comme des Sonic en rut et parviennent à retomber un peu lourdement, certes, mais sans aucun dégât corporel !? Même pas un petit doigt de pied fracturé ? Un tibia pulvérisé ? Des genoux en purée ? Le coccyx ventilé façon puzzle ? Rien de tout ça ! Zéro bobo ! Nada !

Gare à la réception !

Peut-être font-ils mine de jouer les gros durs mais souffrent intérieurement, je ne vois sincèrement que ça comme explication… Fort heureusement pour nos héros, l’arrivée de Flammy ultérieurement dans le jeu leur garantit une façon de voyager bien plus saine, c’est bien là l’essentiel !

Le Doc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.